< Voir le numéro actuel

Volume 8 numéro 1 (2011)

L'infirmière clinicienne

Article de recherche

Étude descriptive rétrospective des perceptions de la maladie de femmes nouvellement atteintes d'un cancer du sein à la suite de leurs traitements en clinique ambulatoire d'oncologie

Maude Hébert et Michèle Côté

Le cancer du sein affecte un nombre important de femmes de tous les âges. Bien qu’elles reçoivent des informations sur les interventions et les traitements lors de leurs soins, les perceptions des femmes face à la maladie demeurent peu explorées par les infirmières (Park, Chang, Kim, Park, Lee, & Nam, 2009). La présente étude décrit les perceptions de la maladie de vingt femmes âgées de 43 à 70 ans atteintes d’un cancer du sein à la suite de leurs traitements dans une clinique ambulatoire d’oncologie. Un devis descriptif a été retenu afin de mieux comprendre la perception qu’ont les femmes de leur maladie. La collecte des données a été réalisée en utilisant : 1) le questionnaire sur la perception de la maladie (Anbar, Dardennes, & Kaye, 2005); 2) l’échelle d’interactions infirmière-patient (Cossette, Cara, Ricard, & Pépin, 2005) et 3) une carte sémantique. Les résultats des questionnaires démontrent que les femmes perçoivent le stress comme étant la principale cause de leur cancer et que les infirmières priorisent des soins corporels et des aspects techniques plutôt que des facteurs existentiels. L’interprétation des cartes sémantiques démontre que le soutien familial est d’une importance cruciale. Les résultats de cette étude mettent en lumière l’importance pour les infirmières soignantes, les infirmières pivot et les gestionnaires d’être conscientes des perceptions de la maladie dans le but de mieux cibler les besoins des femmes et ainsi développer des interventions adaptées à la situation de chacune.

 

Mots-clés : cancer du sein, perceptions de la maladie, infirmières, planification des soins

Lien vers l'article (PDF) >

Article de recherche

Habitudes de vie reliées à l'obésité de personnes traitées avec une médication antipsychotique

Jean-Charles Perron, Sarah shidler et Jacques Charest

Chez les personnes traitées avec une médication antipsychotique (PTMA), la médication constitue un des principaux facteurs explicatifs de l'obésité. Le but de l’étude est d’identifier chez des PTMA vivant dans la communauté l’effet de quatre habitudes de vie (durée du sommeil, consommation de fruits et de légumes, activité physique et sobriété tabagique) sur l’obésité. Une étude corrélationnelle longitudinale (24 mois) a été réalisée auprès de 75 personnes (35 femmes et 40 hommes) traitées avec une médication antipsychotique et dont les repas sont toujours pris dans la même famille. Des mesures ont été prises (i) au début et à la fin de l’étude : obésité (IMC et tour de taille), famille et médication; (ii) à la fin seulement : habitudes de vie. L’obésité mesurée avec l’IMC atteint un taux de 41 % (hommes) et 46 % (femmes), tandis que l’obésité mesurée avec le tour de taille révèle un taux de 57 % (hommes) et 88 % (femmes). En outre, il existe une corrélation négative entre l’incidence de l’obésité et certaines habitudes de vie (marcher chaque jour et consommer des légumes). Enfin, la famille s’avère un facteur déterminant de la variation de l’incidence de l’obésité. Le tour de taille est une mesure plus sensible que l’IMC pour détecter l’obésité. De plus, l’activité physique quotidienne et la consommation de légumes sont associées à moins d’obésité. Enfin, les interventions pour réduire l’obésité devraient cibler la famille en s’adressant à la personne qui prépare les repas pour modifier les habitudes de vie.

Mots-clés : obésité, famille, activité physique, légumes, fruits, défi santé 0-5-30, tour de taille, IMC, médication antipsychotique, habitudes de vie

Lien vers l'article (PDF) >

Article de recherche

Implantation d'une ligne directrice des pratiques exemplaires en évaluation de la douleur postopératoire

Johanne Lapré, Nicole Bolduc et patricia Bourgeault

De façon générale, la gestion de la douleur aiguë dans un contexte de chirurgie n’est pas optimale. Pour améliorer la situation, l’Association des infirmières et infirmiers autorisés de l’Ontario (AIIAO, 2002a) propose d’une part, une ligne directrice des pratiques exemplaires (LDPE) en gestion de la douleur incluant l’évaluation et le soulagement et d’autre part, un modèle en vue de son implantation (AIIAO, 2002b). La présente étude avait pour but d’évaluer l’effet de l’implantation d’une LDPE sur l’évaluation de la douleur par le personnel soignant d’une unité de chirurgie. Un devis quasi expérimental avec mesures pré et post intervention a été privilégié. Les connaissances sur la gestion de la douleur du personnel soignant ont été mesurées par le questionnaire Toronto avant l’implantation de la LDPE soit au début de la formation et une fois la période de mentorat complétée. Les données sur la pratique infirmière en évaluation de la douleur ont été recueillies dans le dossier clinique des patients ayant subi une chirurgie de la hanche aux jours 2, 4 et 6 postopératoires. Les résultats ne démontrent pas de différence significative pré et post implantation de la LDPE en regard des connaissances sur la douleur et de la documentation de l’évaluation de celle-ci. L’implantation de la LDPE n’a pas atteint les résultats escomptés notamment en raison de certains changements. organisationnels imprévus. Malgré ces résultats mitigés, il est primordial de poursuivre l’implantation de ces pratiques exemplaires avec une approche davantage andragogique en prenant en considération le contexte organisationnel

Mots-clés : douleur, postopératoire, évaluation de la douleur, pratiques exemplaires, formation

Lien vers l'article (PDF)>

Article clinique

La gestion de la douleur postopératoire chez la personne âgée : effets d'interventions éducatives auprès des membres d'une équipe de soins

Audrey gagnon, sylvie lemay et odette Roy

La douleur est un phénomène complexe. Une gestion optimale de celle-ci, en soins postopératoires, exige l’implication de tous les membres de l’équipe de soins. De plus, l’infirmière fait face à un défi supplémentaire lorsqu’elle doit gérer la douleur postopératoire d’un patient âgé. Dans la perspective d’améliorer les soins offerts à la personne âgée, des interventions éducatives en gestion de la douleur postopératoire ont été offertes aux membres d’une équipe de soins. Avant d’effectuer les interventions, l’auteure principale de cet article a effectué une révision de plusieurs dossiers de l’unité de chirurgie ciblée. Une analyse attentive lui a permis d’identifier certaines opportunités d’amélioration correspondant aux lignes directrices du Registered Nurse’ Association of Ontario (RNAO, 2002). Ensuite, elles ont été introduites dans les deux interventions éducatives développées et appliquées par l’auteure principale. La première intervention consistait en la présentation de trois modules de formation sur la gestion de la douleur postopératoire des personnes âgées. La deuxième intervention prenait la forme d’un coaching individuel à l’aide d’une approche réflexive auprès d’infirmières. À la suite de ces interventions, un questionnaire mesurant l’appropriation de connaissances a été distribué à l’ensemble des participants. Les résultats démontrent une amélioration des connaissances, de la documentation et de la pratique clinique en matière de gestion de la douleur postopératoire des personnes âgées. Finalement, les auteures proposent des recommandations pour la clinique et la gestion des services infirmiers.

Mots-clés : douleur postopératoire, personne âgée, intervention éducative, infirmière, approche réflexive.

Lien vers l'article (PDF) >

Revue critique des écrits

Proposition d'interventions éducatives intégrées pour la clientèle diabétique adulte

Joannie St-Pierre, Hélène Lefebvre, Marie-Josée Levert et Manon Allard

Le nombre de personnes diabétiques, tant au Québec qu’ailleurs dans le monde, ne cesse d’augmenter. Près de la moitié de ces personnes développent des complications incapacitantes, voire mortelles qui entraînent des coûts individuels et sociaux importants. De plus, les soins et les services actuellement offerts aux personnes diabétiques et à leurs familles donnent des résultats de santé mitigés. Ceci semble en lien avec le manque de ressources humaines, matérielles et financières dans le système de soins québécois. Cet article présente, suite à une recension des écrits et la consultation d’experts (intervenants et personnes atteintes de diabète), une réflexion critique sur l’état de la situation quant à l’accompagnement des personnes atteintes de diabète. L’analyse fait ressortir trois éléments centraux pour une prise en charge optimale des personnes diabétiques : 1) le suivi et le soutien, 2) l’enseignement et les outils pédagogiques et 3) l’accès aux informations ainsi qu’aux soins et aux services. Pour chacun de ces trois axes, les constats permettent de formuler des pistes d’interventions éducatives centrées sur la personne diabétique adulte afin d’assurer un meilleur suivi de cette clientèle en favorisant son accès et cela, grâce aux technologies de l’information et des communications (TIC). L’ensemble de cette démarche de réflexion critique est guidé par le modèle perspective transactionnelle d’enseignement et d’apprentissage de Garrison & Archer (2000) ainsi que sur la conception humaniste de Paterson & Zderad (1988).

Mots-clés : Enseignement au patient, éducation à distance, télé-enseignement, information assistée par ordinateur, monitorage ambulatoire, TIC, diabète, réhabilitation, observance au traitement.

Lien vers l'article (PDF) >

Article méthodologique

Élaboration et validation d’un instrument d’enquête des perceptions des étudiantes infirmières du Québec de leurs ressources internes et externes en informatique en soins infirmiers

Sylvie Jetté, Denise St-Cyr Tribble, Johanne Gagnon et Luc Mathieu

Devant l’informatisation grandissante du réseau de la santé, plusieurs sont d’avis que les infirmières doivent posséder des compétences de base en informatique en soins infirmiers. Au Québec, il n’existe pas de programme de formation portant, spécifiquement, sur l’informatique en soins infirmiers. Aucune donnée n’indique quelles sont les compétences à développer chez les futures infirmières concernant l’informatique, ce qui permettrait de répondre adéquatement à leurs besoins de formation. De plus, aucun instrument validé pour analyser l’ensemble des ressources nécessaires au déploiement de compétences en informatique en soins infirmiers n’a été recensé. Pour répondre à cette lacune, un instrument d’enquête a été développé et validé. L’instrument a été construit selon un cadre de référence proposé spécifiquement pour cette étude. Ce cadre est en lien avec l’approche par compétences utilisée dans le programme de formation infirmière de plusieurs établissements d’enseignement du Québec. Issu d’un modèle conceptuel existant pour définir la compétence, le cadre de référence a été adapté pour le domaine de l’informatique en soins infirmiers et faciliter l’identification des variables à l’étude. Cet article méthodologique présente le cadre de référence ainsi que le processus d’élaboration et de validation d’un questionnaire sur les perceptions des étudiantes infirmières du Québec de leurs ressources internes et externes en informatique en soins infirmiers.

Mots-clés : Méthode, enquête, questionnaire, compétences, informatique en soins infirmiers.

Lien vers l'article (PDF) >