< Consulter l'index des articles

VOLUME 2, NUMÉRO 1 (2005)

L'infirmière clinicienne

Article

La santé mentale des mères au travail : mieux comprendre pour mieux intervenir 

Chantal Saint-Pierre

Le cadre conceptuel de Roy permet de postuler que, face aux stresseurs présents dans l'environnement, la personne a recours à des mécanismes d'adaptation pour maintenir sa santé dont le « fonctionnement selon les rôles ». Ainsi, il a été postulé que le processus d'intégration du mode « fonctionnement selon les rôles » s'avère particulièrement sollicité lorsque les femmes sont confrontées au défi que suscite l'association des rôles de mères et de travailleuses. Les analyses furent effectuées auprès d'un échantillon de 144 mères travailleuses à statut précaire constitué à partir des 1 435 répondantes de l'étude à devis transversal de Pérodeau, Duquette et Bernier (1997). Les tests statistiques ont démontré que l'intégration des rôles joue un rôle protecteur pour la santé mentale. En effet, la détresse psychologique peut être atténuée par la mobilisation d'une stratégie de coping appelée « intégration des rôles ». La principale limite de l'étude réside dans la nature de l'échantillon composé exclusivement de travailleuses à statut précaire. Cependant, il est déjà permis de considérer l'intégration des rôles comme une ressource préservant l'équilibre psychologique face au stress engendré par le cumul des rôles de mère et de travailleuse et de dégager quelques pistes d'application clinique en matière de prévention et de promotion de la santé mentale de mères au travail. Ainsi, des interventions infirmières sont recommandées dans but de faciliter l'exercice simultané de ces deux rôles, une réalité vécue par une majorité de femmes contemporaines.

Mots-clés : intégration des rôles, conciliation travail-famille, détresse psychologique, mères au travail,  cadre conceptuel de Roy

Lien vers l'article (PDF) >

Article

Expérience d'un suivi systématique post hospitalisation chez une clientèle ayant subi un Syndrome Coronarien Aigu

Françoise Charchar, Sylvie Le May et Louis Bolduc

Le syndrome coronarien Aigu (SCA) constitue un problème de santé majeur par la fréquence des difficultés d'adaptation se manifestant entre autres par des exacerbations de symptômes, des récidives et de l'infidélité au traitement. De plus, la période de réadaptation représente une phase très stressante affectant la qualité de vie de la personne/famille. Ce stage avait pour but d'assurer un suivi avec une clientèle coronarienne afin de l'aider à maintenir une adaptation positive à long terme et de faciliter l'accès aux services adéquats pour optimiser la réadaptation. Le suivi post-hospitalisation est composé de 5 rencontres bi-hebdomadaires d'une durée de 30 à 90 minutes/séance auprès de 9 femmes et 9 hommes victimes de SCA. Lors du suivi, l'infirmière prodiguait des interventions personnalisées et planifiées selon les besoins d'apprentissage de la personne/famille. De plus, un outil d'entrevue est utilisé lors des rencontres afin d'évaluer l'état clinique, les signes vitaux de la personne, ainsi que les facteurs de risque. L'index de la qualité de vie (IQV) a servi pour évaluer la qualité de vie après le suivi. Les résultats démontrent que les participants vivent une période difficile post-SCA et ont besoin d'une personne ressource. On note une amélioration des connaissances de ces personnes concernant les modifications du mode de vie et des facteurs de risque, le retour au travail et la gestion du stress. Les résultats de l'IQV démontrent aussi que les participants sont en général satisfaits de leur qualité de vie. Finalement, aucun patient n'a été réhospitalisé pour une récidive de sa maladie.

Mots-clés : syndrome coronarien aigu, réadaptation cardiaque, suivi systématique, pratique avancée

Lien vers l'article (PDF) >