< Consulter l'index des articles

VOLUME 6, NUMÉRO 1 (2009)

L'infirmière clinicienne

Article de réflexion

Les relations de travail d’infirmières oeuvrant en soins de longue durée : source de souffrance et de fragilisation de leur santé mentale

Marie Alderson

L’article rend compte des relations de travail telles que vécues par des infirmières œuvrant dans un centre d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) de la région de Montréal. À partir des résultats de sa recherche doctorale en sciences infirmières, réalisée au moyen de l’approche de la psychodynamique du travail, l’auteure illustre que les rapports entre pairs, avec l’infirmière-chef, avec la direction des soins infirmiers et avec l’équipe interdisciplinaire sont source de souffrance au travail et affectent l’identité des infirmières et leur santé mentale. Plus précisément, l’article traite, en premier lieu, des rapports entre infirmières de même quart de travail et entre infirmières de quarts différents. Il aborde, en deuxième lieu, les relations entre les infirmières et les préposés aux bénéficiaires. En troisième lieu, les rapports des infirmières avec l’infirmière-chef sont discutés. En quatrième lieu, l’article relate les rapports entre les infirmières et la direction des soins infirmiers. Finalement, en cinquième lieu, l’article traite des rapports entre les infirmières et l’équipe multidisciplinaire; il y est question du manque de travail en partenariat, du non-soulagement effectif de la douleur et de l’acharnement thérapeutique, des manques de confiance et de reconnaissance au regard de l'expertise des infirmières. Une discussion et une conclusion viennent clore l’article.

Mots-clés : Infirmières, soins de longue durée, relations de travail, rapport au travail, plaisir et souffrance au travail, psychodynamique du travail

Lien vers l'article (PDF) >

Article de réflexion

L’approche de la psychodynamique du travail et les sciences infirmières : un essai de rapprochement théorique et méthodologique

Marie Alderson

Si la psychodynamique du travail (PDT) ne constitue pas un cadre de référence propre à la discipline infirmière, des analogies ont été observées entre cette approche et certains éléments des sciences infirmières, notamment le paradigme de la transformation et la pensée de la théoricienne Rosemarie Rizzo Parse, laquelle s’inscrit précisément dans ledit paradigme. L’établissement de ces analogies constitue l’objet de la présente publication. Pour ce faire, l’article présente, dans un premier temps, l’approche de la psychodynamique du travail ainsi que le paradigme de la transformation et la pensée de la théoricienne Rosemarie Rizzo Parse. Dans un deuxième temps sont présentées les analogies qu’observe l’auteure entre la perspective de la psychodynamique du travail et la pensée de Rosemarie Rizzo Parse ainsi qu’entre l’approche méthodologique de la psychodynamique du travail et la méthode de recherche de Rosemarie Rizzo Parse. Une complémentarité des perspectives et des méthodes semble se dégager mais l’analyse et la réflexion sont à poursuivre. L’auteure s’y emploie présentement et fera connaître les conclusions de ses analyses approfondies dans une publication ultérieure. En guise d’illustration, l’auteure présente les résultats d’une étude en psychodynamique du travail et toute en faisant quelques liens avec la pensée de Parse, montre comment ces résultats sont de nature à contribuer au développement des connaissances en sciences infirmières.

Mots-clés : Psychodynamique du travail, rapprochement théorique et méthodologique, sciences infirmières, paradigme de la transformation, théorie de Parse.

Lien vers l'article (PDF) >

Article de recherche

Barrières et facteurs facilitant l’intégration de résultats probants aux soins infirmiers en contexte québécois : étude exploratoire-descriptive

Johanne Gagnon, Françoise Côté, Marlène Boily, Clémence Dallaire, Marie-Pierre Gagnon, Cécile Michaud, Marie Hatem et Sarah-Amélie Mercure

Avec l’essor que connaît la pratique basée sur des résultats probants, un meilleur recours aux connaissances scientifiques constitue un atout dans le renouveau des pratiques infirmières. Toutefois, des barrières perdurent dans ce domaine. Or, malgré le foisonnement d’études sur ce sujet, aucune n’émane du Québec. Le but de la présente étude exploratoire était donc de documenter de tels facteurs auprès d’infirmières québécoises. L’entrevue semi-dirigée et l’observation ont été utilisées dans deux centres hospitaliers (CH). En tout, 22 infirmières, réparties sur trois unités, ont participé à l’étude. L’analyse a été menée avec le logiciel N-Vivo. Premier constat, la majorité des infirmières interrogées ont affirmé que l’intégration de résultats probants à leurs prises de décisions cliniques permettrait d’améliorer leur pratique. Second constat, elles y voyaient des facteurs facilitants, mais aussi des obstacles. En regard des facilitateurs, elles notaient l’importance d’une information concrète avec des résultats observables rapidement. Elles croyaient également qu’une meilleure formation dans ce domaine les aiderait. En termes d’obstacles, elles en ont identifié de trois ordres : personnels (p. ex. manque de compétences et d’intérêt), organisationnels (p. ex. manque de temps et de soutien) et liés à la recherche (p. ex. recherches peu pragmatiques et vulgarisation déficitaire). Finalement, l’observation a permis de constater que l’information était souvent éparse sur les unités de soins et l’accès aux ressources difficile. En contrepartie, les deux CH offraient de bonnes ressources bibliothécaires. Il est essentiel d’initier des actions pour renforcer l’intégration de résultats probants à la pratique des infirmières. En ce sens, la connaissance de facteurs facilitants ou nuisibles peut y contribuer.

Mots-clés : Pratique infirmière, résultats probants, utilisation de la recherche, barrières, facilitateurs

Lien vers l'article (PDF) >

Article de recherche

L’expérience d’immigration des préadolescents d’origine africaine subsaharienne

Assumpta Ndengeyingoma et Francine  de Montigny

Cette étude examine l'expérience d’immigration chez les enfants de 9 à 12 ans originaires de l’Afrique subsaharienne. Ces jeunes, communément appelés préadolescents, vivent une double transition liée à leur stade de développement et au processus d’immigration. Ils traversent la période entre l’enfance et l’adolescence en même temps qu’ils expérimentent les changements environnementaux et socioculturels liés à l’immigration. Les changements découlant de cette double transition peuvent occasionner du stress, qui à son tour peut entraîner des problèmes psychosociaux. Cette étude vise à décrire l’expérience d’immigration de préadolescents d’origine africaine subsaharienne et à identifier les facteurs de protection et de risque qui peuvent influer sur cette expérience. Des entrevues semi-dirigées, intégrant l’incident critique, le diagramme de relation famille/milieu et le génogramme, réalisées auprès de 10 préadolescents d’origine africaine subsaharienne résidant dans la région de l’Outaouais (province de Québec) ont permis de comprendre leur expérience entourant l’immigration, ainsi que l’influence de leur famille et du milieu d’accueil sur cette expérience. L’isolement social qu’ils vivent, suite à l’évitement ou au rejet dont ils sont l’objet de la part des autres préadolescents, est tolérable lorsqu’il est compensé par des liens familiaux très forts. Leur capacité d’apprendre par l’observation et d’acquérir rapidement une nouvelle langue les aide à s’inscrire rapidement dans la dynamique de la société d’accueil. La discussion des résultats montre l’importance de mettre en place des programmes d’accompagnement des préadolescents immigrants qui font appel aux ressources personnelles, familiales et communautaires.

Mots-clés : immigration, préadolescent, résilience, facteur de protection, facteur de risque, Afrique subsaharienne.

Lien vers l'article (PDF) >

Article de recherche

Facteurs explicatifs de la non-rétention du personnel infirmier : étude de la situation au Service régional Info-Santé et Info-Social du Saguenay-Lac-Saint-Jean

Josée Boivin, Antoine Lutumba Ntetu et Danielle Poirier

Au Québec, la difficulté à recruter et à maintenir en emploi des infirmières d’expérience dans les services régionaux Info-Santé est une préoccupation importante. Le Service régional Info-Santé et Info-Social de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean ne fait pas exception alors que 42 départs ont été enregistrés chez son personnel infirmier entre 1998 et 2004. Pour mieux comprendre cette situation, une recherche qualitative de type phénoménologique a été réalisée avec comme objectifs d’identifier les facteurs prépondérants dans la non-rétention du personnel infirmier et de proposer des solutions qui permettraient une gestion efficace de la situation. Le modèle des hôpitaux aimants a servi de cadre de référence. Les données ont été obtenues au moyen d’entrevues semi-dirigées réalisées auprès de 10 infirmières sélectionnées par une procédure intentionnelle. Les résultats viennent corroborer ceux d’autres recherches effectuées sur le sujet. Quant aux solutions pour augmenter la rétention des infirmières, les chercheurs soulignent l’importance d’assouplir les horaires de travail et les politiques de gestion des ressources humaines. Certains éléments appréciés par les participantes tels qu’un bon climat de travail, une grande autonomie dans l’exercice de leurs fonctions et l’entraide entre collègues sont à considérer dans une stratégie globale de recrutement et de maintien à l’emploi des infirmières. L’intégration d’un système d’entretiens périodiques avec les infirmières permettrait aussi à l’employeur de connaître leurs besoins et aspirations, et de les satisfaire au plus tôt.

Mots-clés : recrutement, rétention, satisfaction, travail, infirmière, Info-Santé, hôpital aimant.

Lien vers l'article (PDF) >